mardi 17 octobre 2017

UN AN APRÈS : POUR UNE SOLIDARITÉ ET UN SOUTIEN TOTAL À L’INTERPRÈTE D’ORIGINE AFGHANE, TRAVAILLANT POUR FRANCE 5, VIOLÉE DANS LA JUNGLE DE CALAIS


UN AN APRÈS : POUR UNE SOLIDARITÉ ET UN SOUTIEN TOTAL À L’INTERPRÈTE D’ORIGINE AFGHANE, TRAVAILLANT POUR FRANCE 5, VIOLÉE DANS LA JUNGLE DE CALAIS 

STOP AU DENI, STOP À L’IMPUNITÉ 




Il y a 1 an, le 18 octobre 2016, à 2h30 du matin, alors qu’elle travaillait dans la jungle de Calais avec un journaliste à la réalisation d’un documentaire sur les migrants mineurs isolés pour le compte de France 5 (« Calais, les enfants de la jungle »), une femme de 38 ans interprète en langue patchoune d’origine afghane a subi un viol en réunion sous la menace d’une arme blanche. Ils étaient trois agresseurs, des migrants afghans, des passeurs, pendant que le journaliste était maintenu à terre sous la menace de couteaux par deux des agresseurs, le « chef » a violé à deux reprises sous la menace d'un couteau à longue lame l’interprète en lui disant qu’il la tuerait et la découperait en morceaux après qu’ils l’aient tous les trois violés, au moment le chef allait passer la relève à un des deux autres pour continuer les viols, le bruit d’enfants migrants s’approchant les ont interrompus et fait fuir, l’interprète et le journaliste ont été pris en charge par la police et les Unités Médico-Judiciaires. L’interprète en état de choc a été hospitalisée.

Les médias en ont parlé pendant quelques jours puis, comme les agresseurs n’ont pas été retrouvé et que la jungle a été démantelée, plus rien,« silence radio »…

L’enquête policière n’a rien donné et elle est toujours au point mort un an après, depuis la jungle de Calais a été démantelée. L’interprète qui a été auditionnée par la police judiciaire a plusieurs reprises n’a jamais été convoquée par un juge d’instruction…

Pourtant grâce à ses nombreux contacts (c’était le deuxième documentaire sur les viols subis par mineurs isolés auquel participait cette femme engagée) l’interprète a fait sa propre enquête et retrouvé sur les réseaux sociaux les noms des trois agresseurs et leurs photos… Un témoin a confirmé qu’il s’agissait bien d’eux, et a confirmé qu’il s’agissait d’un guet-apens et qu’ils voulaient tuer l’interprète après l’avoir violée…

Nous sommes un an plus tard cette femme - que nous soutenons - extrêmement traumatisée vit avec sa fille dans la terreur, sous les menaces d’agresseurs très dangereux qui sont libres (ils lui ont fait passer des menaces de viols et de mort par l’intermédiaire d’un de ses contacts), ce sont ceux là-même que les mineurs isolés désignent comme ceux qui les terrorisent et les violent, celui qui l’a violée à deux reprises est considéré comme un chef passeur, il est probable qu’il fasse passer des terroristes.

Elle se retrouve seule traquée, sans soutien, en situation précaire, elle a continuellement peur mais elle est obligée de travailler en tant qu’interprète patchoune et de côtoyer dans la peur chaque jours des migrants afghans. Sa vie est un enfer permanent.

Elle se sent totalement abandonnée, livrée à elle-même, ce qui aggrave son traumatisme. Que l’enquête ne progresse pas, qu’elle n’ait plus aucune nouvelle ni soutien de France 5, lui donne à penser qu’elle n’a aucune importance, aucune valeur, qu’elle n’est rien et c’est extrêmement douloureux. Elle se décrit comme brisée.

Pourquoi cet abandon, ce silence médiatique ? Pourquoi l’enquête ne progresse pas ? Pourquoi les photos de ces hommes qu’elle a reconnu formellement ne sont pas diffusés au moins dans les services de l’OFPRA ? 

En ce jour d’anniversaire j’aimerai que nous soyons toutes et tous solidaires de cette femme qui a subi un crime et qui a risqué sa vie alors qu’elle travaillait sur un reportage très engagé pour dénoncer les viols subis par les mineurs étrangers isolés, et que nous réclamions justice et protection pour elle et sa fille.

À propos du documentaire pour lequel elle travaillait : Le film documentaire « Calais, les enfants de la jungle », a été diffusé le Mardi 11 avril 2017 sur France 5 à 22h10 dans "Le Monde en face » : « Ce film documentaire met en lumière une situation inimaginable et alerte sur la situation des enfants perdus du camp " jungle de Calais ", Les réalisateurs du documentaire ont suivi pendant plus de 6 mois le quotidien de mineurs isolés du camp. Leur film, dénonce leur tragique situation et les manquements de l’Etat. Ils voyaient l’Europe comme une chance. Dans le nord de la France, ils ont trouvé l’enfer. »


Rendons-lui hommage, et assurerons-la de notre  soutien ! Soyons solidaires et réclamons protection et justice pour elle !


Pas de Justice, Pas de Paix


Dre Muriel Salmona,
présidente de l'association Mémoire Traumatique et Victimologie




samedi 7 octobre 2017

Vidéos du Caféministe avec Dre Muriel Salmona du 30 septembre 2017 : "Osons le mot FÉMINICIDE !" organisé par les effronté-e-s





Le thème du 5ème Caféministe du 30 septembre 2017 
de 16H à 18h30 :
"Osons le mot FÉMINICIDE !"

Avec la Dre Muriel Salmona
 psychiatre française. fondatrice et présidente de l'association "Mémoire traumatique et victimologie"


avec l'intervention de la Dre Muriel Salmona

vidéo 1/2




vidéo 2/2






avec les échanges très riches de la Dre Muriel Salmona avec avec le public




vidéo 2/2






Présentation de Les effronté-e-s

Avec comme invitée :

Muriel Salmona, psychiatre française. fondatrice et présidente de l'association "Mémoire traumatique et victimologie", organisme d'information et de formation des victimes de violences. Faisant appel à la notion d'état de stress post-traumatique, elle a développé les notions de colonisation traumatique par l'agresseur, de dissociation péri et post-traumatique, et de conduites à risque dissociantes. Muriel Salmona s'engage également dans des initiatives visant à la reconnaissance de l'impact traumatique des violences et à la prise en compte de ses effets sur les victimes. 

Les effronté-e-s organisent tous les mois des caféministes au café "Le Lieu Dit" RDV 6 Rue Sorbier 75020 !

En savoir + interview de Muriel Salmona pour la revue La cane
La mémoire traumatique colonise la victime et transforme sa vie en terrain miné

Nous mettrons sur la table quelques questions :
- Féminicide : pourquoi faut-il reconnaitre ce mot ?
- Quelle est la situation réelle de prise en charge des femmes victimes de violences en France ?
- Après l'affaire Jacqueline Sauvage, comment soutenir les femmes victimes de violences, sans qu'elles en arrivent à ces extrémités ?

au Lieu dit, 6 Rue Sorbier 75020 !



vendredi 29 septembre 2017

Pétition de soutien :NORAH DOIT ÊTRE PROTÉGÉE, LIVRÉE PAR LA JUSTICE À UN PÈRE DANGEREUX QUI L'A VIOLÉE À 7 ANS, ELLE EST TOUJOURS EN TRÈS GRAND DANGER 19 ANS APRÈS


NORAH DOIT ÊTRE PROTÉGÉE, LIVRÉE PAR LA JUSTICE À UN PÈRE DANGEREUX QUI L'A VIOLÉE À 7 ANS, ELLE EST TOUJOURS EN TRÈS GRAND DANGER 19 ANS APRÈS




Norah, 26 ans, et sa mère sont en très grand danger, son père qui l'a violée vient de la retrouver et les menace, c'est un homme extrêmement violent, alcoolique, sortant d’un long séjour en hôpital psychiatrique. 

Nous les soutenons et nous avons très peur elles. Elles ont besoin en urgence de solutions et d’une aide juridique pour être protégées, mises à l’abri dans un nouveau logement sécurisé et pour enfin faire valoir leurs droits auprès de la justice. C’est pourquoi nous lançons une pétition pour que les injustices cessent et qu'elles soient enfin protégées.

Il y a 23 ans, Mme J. a fui avec sa petite fille Norah de 3 ans, la violence de son mari, mais les violences n’ont fait que redoubler après la séparation, avec des menaces de mort, des violences physiques, des tentatives d’enlèvement et du harcèlement. 

Malgré de multiples démarches auprès de la police, du juge aux affaires familiales et du juge des enfants elles n’ont jamais été entendues, ni protégées. Et Norah a même été directement exposée aux pires dangers quand la justice a accordé des droits de visite avec hébergement à son père à la demande des psychiatres hospitaliers qui le prenaient en charge, afin (sic) que son état psychique puisse s’améliorer en voyant sa fille. 

Norah qui n’avait alors que 6 ans a été livrée et abandonnée par la justice à un père violent, alcoolique présentant de graves troubles mentaux, pendant près de deux ans. Elle a vécu un enfer et subi des tortures, lors des journées passées seule avec lui. Il s’amusait avec sadisme à la terroriser sans cesse avec des scénarios et des comportements monstrueux, il l’affamait, la laissait seule de longues heures, dans des conditions d’hygiène déplorables. Plusieurs fois, il a commis sur elle des agressions sexuelles, la mère de Norah a eu beau les signaler à la police et au juge (Norah a même écrit une lettre à ce dernier) ils n’en ont pas tenu compte, les faits ont été minimisés et aucune plainte n’a pu être enregistrée, Mme J. a dû insister pour obtenir au moins des mains-courantes. 

Aussi, à l’âge de 7 ans, quand il lui a fait subir un viol extrêmement violent, Norah s’est murée dans le silence, et ce n’est que récemment qu’elle a pu en sortir.

Les signalements répétés faits par sa mère ont fini par aboutir à l’arrêt du droit d’hébergement quand Norah a eu 8 ans, et à la mise en place de droits de visite dans un point de rencontre où le père de Norah n’est jamais venu. Mais il a continué à les menacer, les agresser et les harceler, il se présentait au travail de Mme J, devant leur domicile, sonnait et restait des heures en faisant peur aux voisins et obligeant Norah et sa mère à rester terrées dans leur appartement, et lors de ses longs séjours en hôpital psychiatrique il envoyait un ami pour les harceler. 

Elles ont vécu jusqu’à ce jour dans la terreur et le stress. Les violences que Norah a subies ont un retentissement psychotraumatique très lourd sur sa santé physique et psychique et ont généré une très grande souffrance. Les préjudices sont énormes

Norah n’a pas pu finir ses études au lycée. Ses troubles psychotraumatiques empêchent toute vie sociale et professionnelle, elle bénéficie d’une allocation adulte handicapée, elle vit dans un petit deux pièces avec sa mère. Il lui est impossible de vivre seule et de sortir seule. Elle a un sentiment d’insécurité permanent. Se laver, s’habiller, s’alimenter lui demandent des efforts énormes. Elle souffre de douleurs et de symptômes chroniques très invalidants  : phobies, troubles anxieux, crises d'angoisses, troubles digestifs, endocriniens, urinaires, rénaux et génitaux, troubles cognitifs et douleurs chroniques, et d’une mémoire traumatique des pires violences qu’elle a subies qui la torture en permanence. Son état de santé nécessite d’importants soins en psychotraumatologie, et de nombreux examens et traitements médicaux.


Norah veut porter plainte pour le viol qu’elle a subi et se porter partie civile, mais elle a peur pour elle et sa mère de représailles terribles. 

Son père les a menacées de mort, et il sait où elles habitent. Malgré tous les efforts de Norah pour ne plus être reconnaissable et pour se cacher de lui, il vient de lui écrire pour lui dire qu’il l’a vue et reconnue et qu’il vit en foyer près de chez elles. 

Il est donc vital pour elles d’être aidées pour trouver un logement sécurisé et pour lancer toutes les procédures judiciaires nécessaires pour Norah, pour faire valoir ses droits en justice par rapport au viol qu'elle a subi et pour sa protection (changement de nom et de prénom pour Norah, dispense de toute obligation alimentaire concernant son père).

La mère de Norah a fait depuis 11 ans une demande de logement social (elles vivent déjà en HLM), en la renouvelant chaque année, mais rien ne leur a été proposé leur permettant d’être enfin en sécurité.


Je donne la parole à Norah :

"Il faut savoir que cela fait 17 ans que je me mûre dans le silence avec ma mère par peur de représailles.
Mais récemment mon agresseur, mon "père " a été relâché de son hôpital psychiatrique.
Depuis sa sortie, ses lettres me ramènent en enfer, je me sens piégée, comme sa proie qui ne peut échapper à sa prochaine monstrueuse agression.
C'est pourquoi j'aimerai que vous m'aidiez car j'ai très peur qu'il finisse par m'ôter ma vie ou celle de ma mère.
Par manque de protection durant toutes ces années, aujourd'hui je n'ai plus rien à perdre, cet homme appelé "père" m'a volé mon enfance, mon corps, mon âme, ma vie.
Mon avenir a été détruit, à 26 ans je n'ai rien construit de ma vie, mon quotidien n'est fait d'aucun plaisir, il n'y a que des souffrances et douleurs physiques, morales et psychiques.
Dehors ses crimes restent invisibles pour les gens, malgré qu'il m'ait laissé avec un corps brisé, hanté, qui me torture chaque minute de souvenirs de mon passé.
C'est pour tout cela que j'ai décidé de rompre mon silence en espérant que la justice aura changé en 20 ans et viendra me sauver là où elle m'a abandonnée il y a 17 ans.
Aidez-moi à me libérer de ce monstre avant qu'il ne commette l'irréparable.
J'espère que vous avez été sensible à l'urgence de ma situation.
Et je vous remercie par avance pour tout ce que vous pourrez faire pour me sauver. »

Merci infiniment pour elles, pour votre aide et votre solidarité.


jeudi 28 septembre 2017

Article de la Dre Salmona : VIOL D’UNE ENFANT DE 11 ANS DÉQUALIFIÉ EN ATTEINTE SEXUELLE PAR LE PARQUET DE PONTOISE STOP IMPUNITÉ - LA LOI PROTÈGE LES VIOLEURS



VIOL D’UNE ENFANT DE 11 ANS DÉQUALIFIÉ EN ATTEINTE SEXUELLE PAR LE PARQUET DE PONTOISE

STOP IMPUNITÉ - LA LOI PROTÈGE LES VIOLEURS

Femen Stop Justice Patriarcale

Dre Muriel Salmona, 28 septembre 2017, psychiatre, psychotraumatologue
présidente de l’association Mémoire Traumatique et Victimologie
drmsalmona@gmail.com






Non, une enfant de 11 ans ne peut pas être présumée consentante à des pénétrations sexuelles par un homme de 28 ans, c’est un viol ! 

Nous sommes sous le choc devant cette décision de justice hallucinante et incompréhensible du Parquet de Pontoise qui participe à la culture du viol, au déni de la réalité des violences sexuelles envers les enfants et de leur très grave impact traumatique, et à la protection et l’impunité des violeurs

Décision particulièrement cruelle et injuste pour cette enfant dont le statut de victime de crime, les droits fondamentaux et les lourds préjudices sont niés.

C’est un article du site Mediapart qui le 25 septembre 2017, 2 jours avant le procès au tribunal correctionnel de Pontoise nous a révélé cette décision de justice, le procès a été reporté au 13 février 2018 à la demande de la défense pour vice de forme, sans que le problème de fond de la déqualification des viols en atteinte sexuelle et de l’incompétence du tribunal correctionnel pour les juger puissent être abordé.


Pour énormément de personnes qui ont réagit sur les réseaux sociaux et féministes avec une grande indignation et beaucoup d’incrédulité cette décision de justice est particulièrement choquante. Et, pour ceux, nombreux, qui croyaient que la loi française énonçait clairement que les enfants de moins de 15 ans ne pouvaient pas consentir à des actes sexuels avec des adultes, et qui découvraient pour la première fois la qualification d’atteinte sexuelle et sa signification, la désillusion a été rude. 

Il est effectivement inimaginable qu’on puisse, en France, en 2017, considérer qu’une enfant de 11 ans puisse être présumée consentante à des actes de pénétrations sexuelles et que l’homme de 28 ans qui lui a fait subir ces actes ne soit pas considéré comme un pédocriminel et jugé en cour d’assises pour viol aggravé sur mineur de moins de 15 ans, passible d’une réclusion criminelle de 20 ans. Pourtant notre loi le permet protégeant les violeurs d’enfants en ne fixant aucune limite d’âge en-dessous duquel un enfant serait présumé non-consentant, même si en l’occurence dans cette affaire judiciaire la contrainte morale et donc le viol était facilement démontrable, puisqu’on peut la déduire de l’autorité et de la différence d’âge. Mais il n’y a pas eu d’instruction. Les troubles psychotraumatiques présentés par la petite fille – la sidération, la dissociation (l’enfant a  rapporté à sa mère avoir été tétanisée par la peur, puis s’être sentie comme une automate, sans émotion, sans réaction, cf l’article de Mediapart) - n’ont non seulement pas été pris en compte, mais utilisés pour prouver qu’il y avait absence de « violence, contrainte, menace ou surprise » et donc le consentement. On a seulement entendu que la victime « faisait plus que son âge », et que le prédateur semblait plus jeune… L’on sait par ailleurs que les troubles dissociatifs traumatiques souvent très importants et que présentent les victimes de viols qui peuvent durer des mois, voire des années, cet état déconnecte la victime de ses émotions, l’anesthésie et l’empêche encore plus d’identifier et de prendre la mesure de ce qu’elle subit. L’absence d’émotion apparente d’une victime dissociée fait que face à elle ses interlocuteurs auront du mal à la comprendre, elle leur parait indifférente et le processus d’empathie automatique n’est pas activé par leurs neurones miroirs. Ils seront d’autant plus rares à se mobiliser pour elle et à la protéger, ils pourront la croire pas si traumatisée, ni danger que cela,alors que c’est l’inverse. Les professionnels peuvent alors se fier plus à ce qu’ils ressentent face à la victime qu’aux faits très graves rapportés. Ces troubles dissociatifs traumatiques méconnus suscitent fréquemment chez les professionnels indifférence, jugements négatifs, voire rejet et maltraitance (83% de victimes de violences sexuelles dans notre enquête rapportent n’avoir jamais été ni reconnues, ni protégées, MTV, 2015). D’où l’importance que les professionnels de la police, de la gendarmerie et de la justice soient formés à comprendre et reconnaître ses troubles psychotraumatiques et leurs mécanismes.

Et il est désastreux de devoir argumenter pour démontrer le caractère profondément injuste, inhumain et dangereux de cette décision juridique qui alimente le déni concernant les violences sexuelles et l’impunité des violeurs. Comme je l’écrivais dans un billet, il y a quelques mois à propos de plusieurs traitements judiciaires particulièrement iniques : «Ils n’ont pas peur !…» Pas peur que pour cette enfant cette décision incompréhensible du Parquet soit un traumatisme supplémentaire, qui lui signifie qu’elle n’est bonne qu’à être pénétrée, terrorisée, humiliée, dégradée, salie, et que ce n’est pas un crime. Que peut-elle penser ? Qu’elle n’a aucune valeur, aucun droit, qu’on ne lui reconnait aucune dignité, que d’autres hommes peuvent recommencer, qu’elle ne sera pas protégée ? Que la sexualité c’est cela, subir l’horreur ? Pas peur du message catastrophique lancé à tous les agresseurs d’enfant, qu’ils peuvent y aller, que ce qu’ils font n’est pas si grave, qu’ils ne sont pas des criminels, qu’ils ne risquent pas grand chose, qu’ils peuvent recommencer… Pas peur pour tous ces enfants qui sont exposés au risque de subir des violences sexuelles et qui auront encore plus de difficultés à parler avec ce genre de décisions. 

Cette décision juridique et la loi sur laquelle elle s’appuie  ne protègent pas les enfants, et sont contraires à la Convention Internationale des Droits de l’Enfant. Pourquoi ce serait aux enfants de se protéger des prédateurs ? Cela fait longtemps que nous alertons sur la nécessité de mettre en place une présomption de non-consentement, et que nous nous opposons aux déqualifications des viols. Les textes de loi fixent la maturité sexuelle à 15 ans. On pourrait retenir cette limite 

Comme je l’ai dit lors d’une interview par Marion Guérin pour Pourquoi Docteur : « Soyons sérieux. Un enfant peut être flatté qu’un adulte lui fasse un compliment, mais ce qu’il recherche n’est rien d’autre que de la reconnaissance, pas une relation sexuelle. L’acte sexuel imposé à un enfant a un impact très lourd sur son intégrité physique et psychique, sur sa dignité. Etre pris comme objet sexuel génère un psychotraumatisme, sur lequel il y a un consensus absolu. » 

Comment une telle décision est-elle possible ?

  • Comment le Parquet, sans avoir demandé d’instruction judiciaire, a-t-il pu qualifié les actes de pénétration sexuelles comme une simple atteinte sexuelle et non comme un viol ?
  • Comment a-t-il pu considérer que cet homme de 29 ans, père de famille, n’avait pas usé de la violence, contrainte, menace ou surprise pour pénétrer la petite fille de 11 ans, ce qui aurait permis, si tel avait été le cas, de qualifier un viol (article 222-23 du code pénal) ? 
  • Comment a-t-il pu considérer qu’une petite fille de 11 ans puisse avoir donné son consentement libre et éclairé à des actes sexuels qu’elle n’était pas en mesure d’en anticiper ni d’en comprendre la nature, de les supporter physiquement et émotionnellement, sans en connaître la portée et la gravité de toutes les conséquences sur son intégrité physique et mentale, sur sa santé et sa dignité (n’oublions pas que ces actes de pénétration vaginale peuvent entraîner sur une enfant tout juste pubère une grossesse et être à l’origine d’infections sexuellement transmissibles, aux conséquences particulièrement graves) ? Comment est-il possible qu’elle pouvait avoir a capacité de prendre une telle décision ? 
  • Comment n’a-t-il pas pu considérer qu’un homme de 28 ans avait une forte ascendance et une emprise sur une enfant de 11 ans et qu’il y avait une inégalité de pouvoir manifeste ? 

Le parquet a pu considérer que la petite fille de 11 ans était consentante grâce à l’absence scandaleuse dans notre loi d’âge légal du consentement (comme l’a à nouveau récemment précisé le Conseil Constitutionnel en 2015) contrairement à de nombreux pays européens qui fixent un âge légal (suivant les cas cet âge est de 16 ans, 14 ans, 12 ans) au-dessous duquel il y a une présomption irréfragable (c’est à dire irrécusable par la défense) d’absence de consentement à des actes sexuels. En France, L'appréciation du discernement et du consentement est laissée aux juridictions seule une jurisprudence datent de 2005, concernant des enfants de moins de 5 ans à reconnu l’absence de consentement et de discernement liés à leur très jeunes âges. C’est pourquoi l’association Mémoire Traumatique et Victimologie demande l’inscription dans la loi française d’une présomption irréfragable d’absence de consentement à des actes sexuels pour les mineurs de 15 ans.

Le parquet a pu déqualifier le viol en atteinte sexuelle grâce à  cette spécificité française qui réprime la personne majeure ayant eu des relations sexuelles consenties avec un mineur de 15 ans ou pour lesquelles la preuve de l’absence de consentement n’est pas reconnue. Avec l’atteinte sexuelle la justice reconnait la possibilité que des actes de pénétrations sexuelles puissent être commis en l’absence de violence, contrainte, menace ou surprise, sans reconnaissance d’une atteinte à leur intégrité physique ou psychique. L’atteinte sexuelle est définie par l’article 227-25 du code pénal qui punit de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende « le fait par un majeur, d’exercer sans violence, contrainte, menace ni surprise une atteinte sexuelle sur la personne d’un mineur de quinze ans ». Cet article 227-25 du code pénal a pour effet de fixer à quinze ans l’âge de la «majorité sexuelle» définie comme l’âge à partir duquel un mineur peut valablement consentir à des relations sexuelles (avec ou sans pénétration) avec une personne majeure à condition que cette dernière ne soit pas en position d’autorité à l’égard du mineur.

Pour qualifier les actes de pénétration sexuelle d’atteinte sexuelle, le Parquet a donc considéré que le comportement de la victime qui a suivi l’homme qui l’avait abordée dans la rue et qui ne s’est pas opposée, ni défendue impliquait que les actes sexuels de pénétration n’ont pas été imposé par violence, contrainte, menace ou surprise, et qu’ils étaient donc présumés consentis par la victime :

  • sans tenir compte qu’une enfant de 11 ans n’a en aucun cas la capacité, le discernement, le développement psycho-affectif et la maturité émotionnelle et sexuelle pour consentir de façon libre et éclairée à un acte sexuel, d’autant plus qu’elle a le droit fondamental d’être protégée d’actes qui du fait de son jeune âge portent ou sont susceptibles de porter gravement atteintes à son intégrité physique et psychique, à son développement, à son avenir et au respect de sa dignité ;
  • sans tenir compte de l’état de sidération (la petite fille a déclaré qu’elle avait eu très peur et qu’elle était tétanisée) et de dissociation traumatique (mécanismes psychotraumatiques de sauvegarde bien connu que met en place le cerveau face à une situation traumatisante) qui paralyse et anesthésie émotionnellement les victimes de violences sexuelles, et encore plus les enfants, les mettant dans l’incapacité de dire non, de se débattre et de s’opposer à la volonté et aux ordres de son agresseur ;
  • sans prendre en compte la violence physique et l’atteinte à l’intégrité que représentent en soi une pénétration orale et vaginale par un sexe d’homme adulte pour une enfant de 11 ans,
  • sans prendre en compte la surprise et la contrainte morale qui aurait dû être déduite du jeune âge de la victime, mais également de la grande différence d’âge avec l’agresseur et de son ascendant sur elle, comme le reconnaît la loi depuis 2010  « La contrainte morale peut résulter de la différence d’âge existant entre une victime mineure et l’auteur des faits et de l’autorité de droit ou de fait que celui-ci exerce sur cette victime » (l’argument falacieux de la défense prétextant une petite fille faisant plus que son âge, et un adulte paraissant plus jeune ne ne tient pas, puisqu’une jurisprudence dit expressément que seule la carte d’identité compte, à l’homme donc de s’assurer de l’âge de l’enfant), 
  • sans prendre en compte la menace implicite pour un enfant que représente le passage à l’acte sexuel et l’état d’excitation d’un adulte qui entraîne un état de terreur, et un état de choc psychotraumatique avec une sidération et une dissociation de sauvegarde. Rappelons que les violences sexuelles commises sur des enfants ont un impact psychotraumatique majeur pour tous les enfants avec de lourdes conséquences sur la santé mentale et physique à court, moyen et long terme, avec des risques de mort précoces, de suicides, de dépression, de troubles anxieux généralisés, de conduites addictives et de nombreux troubles somatiques, et un risque important de subir à nouveau des violences tout au long de sa vie, si une protection et des soins spécifiques ne sont pas assurés. Dans notre grande enquête Impact des violences sexuelles de l’enfance à l’âge adulte, les victimes adultes de violences sexuelles dans l’enfance était 96% à rapporter qu’elles avaient un impact sur leur santé mentale et près de 70% sur leur santé physique.  


Cette décision inique de qualification en atteinte sexuelle du Parquet est la traduction d’une des formes les plus écœurantes de la culture du viol où la victime est soit responsable des viols qu’elle a subis, soit consentante à des actes de pénétration sexuelle dégradants, humiliants, et portant atteinte à sa dignité et à son intégrité.

Elle est représentative du traitement judiciaire catastrophique des viols et de la tolérance inconcevable de la justice face à la plupart de ces viols qui ne sont que très rarement jugés comme des crimes en cour d’assises. Pour rappel les violeurs bénéficient presque toujours d’une quasi totale impunité : sur les 10% de plaintes pour viols 60 à 70% sont classées sans suites, 15% à 20% seront déqualifiés en agressions sexuelles, atteintes sexuelles et violences physiques, 10 % seulement aboutiront à une condamnation en cour d’assises, soit 1% de l’ensemble des viols

Dans ce monde de prédation, la menace de subir des violences sexuelles est omniprésente pour les femmes et les filles dès leur plus jeune âge, et c’est intolérable. Une fille sur cinq, un garçon sur 13 ont subi des violences sexuelles, une femme sur 6 a subi des viols et des tentatives de viols au cours de sa vie, et chaque année 83000 femmes, 14000 hommes, 120000 filles et 30000 garçons subissent des vols et des tentatives de viols (3). Les filles sont les principales victimes de violences sexuelles, rappelons que notre enquête de 2015 Impact des violences sexuelles de l’enfance à l’âge adulte a montré que 81% des violences sexuelles démarrent avant 18 ans, 51% avant 11 ans, et 21% avant 6 ans (2).

Les agresseurs sont tranquilles, leurs stratégies et leur intentionnalité de détruire, de dégrader, d’humilier, de soumettre, d’instrumentaliser et d’en jouir ne sont presque jamais reconnues comme telles, la victime qui les a vécues n’est pas entendue, ni crue, et l’intensité de son traumatisme qui en fait foi n’est presque jamais pris en compte. La grande majorité des victimes sont abandonnées. Personne, ou presque n’a peur pour elles et pour de futures victimes. Ce monde où nous vivons manque cruellement de solidarité pour les victimes, c’est elles qui sont considérées comme coupables, et les agresseurs qui bénéficient de soutien et de protection. Le monde à l’envers.

Dans un monde à l’endroit, un monde juste, égalitaire, solidaire et protecteur, un monde respectueux des droits de chaque personne à ne subir aucune atteinte à sa dignité et à son intégrité.

Dans un monde à l’endroit, une telle décision judiciaire est inconcevable ! Nous espérons que le viol sera re-qualifié, que le tribunal se déclarera incompétent le juger et que les doits de cette enfant seront enfin respectés et qu’elle sera protégée et soignée.


Pas de Justice, pas de Paix !

Changeons la loi et exigeons une loi qui reconnaisse la présomption irréfragable de non consentement d’un mineur de moins de 15 ans, exigeons l’abolition de la déqualification des viols, exigeons l’abolition de la prescription !
Mobilisons-nous pour que ces injustices cessent ! 
Exigeons que justice soit enfin rendue aux victimes de viol  !Exigeons que les agresseurs ne bénéficient plus d’une  tolérance coupable et d’une impunité scandaleuse !
Exigeons des procédures judiciaires justes, respectueuses des droits et protectrices pour les victimes !
Soyons solidaires des victimes de violences sexuelles, et luttons pour que soient respectés les droits de chaque victime à être protégée, reconnue, soignée, et à accéder à une justice digne de ce nom !

STOP À LA DÉQUALIFICATION DES VIOLS
STOP À L’IMPUNITÉ DES VIOLEURS


Dre Muriel Salmona
psychiatre
présidente de l’association Mémoire Traumatique et Victimologie



Pétitions à signer :

Pétition de l’association Mémoire Traumatique et Victimologie qui a reçu plus de 22 000 signatures : Droit d'être soignées et protégées pour toutes les victimes de violences sexuelles ! http://www.mesopinions.com/petition/sante/droit-etre-soignees-protegees-toutes-victimes/14001

Pétition de l’association Mémoire Traumatique et Victimologie qui a reçu plus de 23 000 signatures : Pour une imprescriptibilité des crimes sexuels
Pour lire le Manifeste pour une imprescriptibilité des crimes sexuels

Pétition de l’association Mémoire Traumatique et Victimologie qui a reçu plus de 37 800 signatures : Stop aux violences faites aux enfants
Pour lire le Manifeste stop aux violences faites aux enfants :



Pour en savoir plus sur la culture du viol et les mythes sur le viol :

À lire et consulter sur la culture du viol et les violences sexuelles l’excellent blog féministe : Sexisme et Sciences humaines  http://antisexisme.net/ et ses articles très documentés sur les : Mythes sur les viols.

À lire POUR EN FINIR AVEC LE DÉNI ET LA CULTURE DU VIOL en 12 points article de Muriel Salmona de 2016 réactualisé en 2017 sur le blog stopauxviolences.blogstop.fr : https://stopauxviolences.blogspot.fr/2017/03/pour-en-finir-avec-le-deni-et-la.html

À lire également Le livre noir des violences sexuelles de Muriel SALMONA Paris, Dunod, 2013.et Violences sexuelles. Les 40 questions-réponses incontournables, de Muriel SALMONA Paris, Dunod, 2015.

En quoi connaître l’impact psychotraumatique des viols et des violences sexuelles est-il nécessaire pour mieux lutter contre le déni, la loi du silence et la culture du viol, pour mieux protéger les victimes et pour que leurs droits soient mieux respectés ? de Muriel Salmona 2016 téléchargeable sur le site : http://www.memoiretraumatique.org/assets/files/v1/2016-Necessaire-connaissance-de-limpact-psychotraumatique-chez-les-victimes-de-viols.pdf

Ces viols que les Français ne sauraient voir : ce déni alimente la honte des victimes de Laure Salmona mars 2016 : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1490893-ces-viols-que-les-francais-ne-sauraient-voir-ce-deni-alimente-la-honte-des-victimes.html

JUSTICE, VOUS AVEZ DIT JUSTICE ? de Muriel Salmona, 2017 téléchargeable sur le site : http://www.memoiretraumatique.org/assets/files/v1/Articles-Dr-MSalmona/20170321-lettre_ouverte_viol_en_re%CC%81union.pdf

La victime c’est la coupable de Muriel Salmona, 2011 téléchargeable sur le site : http://www.memoiretraumatique.org/assets/files/v1/Documents-pdf/La_victime_c_est_la_coupable_4_septembre_2011_Muriel_Salmona.pdf


Pour en savoir plus sur les violences 


Les sites de l’association Mémoire Traumatique et Victimologie avec de nombreuses informations disponibles et des fiches pratiques sur les violences, leurs conséquences sur la santé, leur prise en charge, et des information sur les campagnes et les actions de l’association :
Les blogs de la Dre Muriel Salmona :
http://lelivrenoirdesviolencessexuelles.wordpress.com avec une bibliographie générale
Le Livre noir des violences sexuelles, de Muriel SALMONA Paris, Dunod, 2013.
Violences sexuelles. Les 40 questions-réponses incontournables, de Muriel SALMONA Paris, Dunod, 2015.
Le rapport d’enquête IVSEA Impact des violences sexuelles de l’enfance à l’âge adulte, 2015 SALMONA Laure auteure, SALMONA Muriel coordinatrice Enquête de l’association Mémoire Traumatique et victimologie avec le soutien de l’UNICEF France dans le cadre de sa campagne #ENDViolence (téléchargeable sur les sites http://stopaudeni.com/ et http://www.memoiretraumatique.org 
L’enquête Les français-e-s et les représentations du viol et des violences sexuelles, 2016 conduite par IPSOS pour l’Association Mémoire Traumatique et Victimologie, SALMONA Muriel, directrice et SALMONA Laure coordinatrice et auteure du rapport d’enquête et du dossier de presse téléchargeable sur les sites http://stopaudeni.com/ et http://www.memoiretraumatique.org (3)
De nombreux articles de la Dre Muriel Salmona, ainsi que des vidéos de formation sont consultables et téléchargeables sur le site  memoiretraumatique.org : http://www.memoiretraumatique.org/publications-et-outils/articles-de-la-dre-muriel-salmona.html
Des brochures d’information éditées par l’association, sur les conséquences des violences sur la santé à destination des adultes et des jeunes à télécharger sur le site memoiretraumatique.org et stopaudeni.com
Des films témoignages Stop au déni-les sans voix de Catherine Zavlav, 2015 sur http://stopaudeni.com
Les publications et rapport de Véronique Le Goaziou : rapport final de la recherche "Les viols dans la chaîne pénale" 2016 consultable sur le site de l’ORDCS
Les viols en justice : une (in)justice de classe ? in Nouvelles Questions Féministes 2013/1 (vol.32)
et écrit avec Laurent Mucchielli : Les viols jugés aux assises : in Questions pénales CESDIP septembre 2010


Enquête CSF Contexte de la sexualité en France de 2006, Bajos N., Bozon M. et l’équipe CSF., Les violences sexuelles en France : quand la parole se libère, Population & Sociétés (Bulletin mensuel d’information de l’Institut national d’études démographiques), 445, mai 2008. http://www.ined.fr/fichier/t_publication/1359/publi_pdf1_pop_soc445.pdf

consultez la lettre de l’observatoire des violences faites aux femmes publiées sur le site gouvernemental stop-violences-femmes.gouv.fr pour les chiffres sur les violences sexuelles : http://stop-violences-femmes.gouv.fr/no8-Violences-faites-aux-femmes.html 

Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales ONDRP– Rapport annuel sur la criminalité en France – 2015 :
http://www.inhesj.fr/fr/ondrp/les- publications/rapports-annuels

Etude sur les viols et les agressions sexuelles jugés en 2013 et 2014  en Cour d’assises et au Tribunal correctionnel de Bobigny réalisée par l’Observatoire des violences envers les femmes du 93 et le TGI de Bobigny
et sur la déqualification des viols un site à consulter : LA CORRECTIONNALISATION DU VIOL, LA NEGATION D'UN CRIME EN FINIR AVEC LA CORRECTIONNALISATION DU VIOL https://lacorrectionnalisationduviol.wordpress.com