lundi 4 janvier 2021

Lettre au Président de la République pour lui demander de soutenir le Dr Denis Mukwege dans sa lutte contre l'impunité des très graves violations des droits humains en RDC et pour que les préconisations du rapport Mapping de l’ONU soient appliquées.




Objet : Demande de soutien au Dr Denis Mukwege dans sa lutte contre l’impunité de très graves violations des droits humains en République Démocratique du Congo (RDC) et pour que les préconisations du rapport Mapping de l’ONU soient appliquées.


 Monsieur le Président de la République ,


Je suis psychiatre française, psychotraumatologue, présidente de l’association Mémoire Traumatique et Victimologie, et membre du comité scientifique de la Chaire Internationale Mukwege à Liège. 


À ces titres, je travaille depuis de nombreuses années pour améliorer la prise en charge médicale et psychologique des femmes et des filles victimes de viols, défendre les droits des victimes et lutter contre l’impunité des crimes qu’elles subissent. J'ai fait des recherches et écrit de nombreux articles pour que les troubles psychotraumatiques consécutifs aux viols soient mieux reconnus et soient pris en compte comme preuves médico-légales dans les procédures judiciaires, pour que soient évaluées plus justement les préjudices consécutifs et les réparations auxquelles elles devraient avoir droit et pour qu'elles reçoivent les soins spécifiques nécessaires. Pour ces actions le ministère de la Justice m’a nommée chevalière de la Légion d’honneur en 2018.


Dans ce cadre, je travaille avec le Dr Denis Mukwege, prix Nobel de la Paix en 2018 et prix Sakharov en 2014 et je soutiens son combat contre l’impunité des massacres et viols systématiques perpétués depuis plus de 20 ans en RDC, ainsi que son engagement quotidien pour que les victimes obtiennent justice, soins et réparations. 


Début août 2020, Denis Mukwege m’a fait part des messages de haine et des menaces de mort qu’il recevait quotidiennement, ainsi que sa famille, ses patientes et le personnel de son hôpital Panzi. Et il m’a expliqué que sa vie était menacée en raison de ses récentes prises de position pour dénoncer les massacres et viols systématiques qui continuent d’être commis dans l’est de la RDC, et de son plaidoyer auprès de l’ONU pour que les recommandations du rapport Mapping de 2010 soient enfin appliquées et qu’une justice internationale soit mise en place pour juger les auteurs de ces crimes, garantir leur non-réitération (TPI et tribunaux mixtes), faire toute la vérité, et réparer les victimes. 


La vie de cet homme exceptionnel et d’un courage inouï et celles de ses proches étaient d’autant plus en grand danger qu’il n’était plus protégé par l’ONU (cette protection de l’ONU par la Monusco avait été mise en place à la suite d’une attaque avec tentative d’assassinat en 2012 à laquelle il a survécu, mais qui a coûté la vie à son gardien, lequel s’était interposé pour le sauver). Très inquiète pour sa vie, j’ai tout de suite, début août, alerté les autorités françaises et, avec des personnalités engagées, j’ai été à l’initiative de plusieurs actions, menées avec l’accord de Denis Mukwege, pour obtenir que soit assurée sa sécurité de toute urgence. 


Parmi ces actions, une pétition, pour demander la protection en urgence du Dr Denis Mukwege et pour soutenir ses combats, lancée par moi-même avec le soutien de plus de 40 associations, ONG et personnalités, a reçu plus de 61 000 signataires ; le 16 août 2020 nous avons adressé avec Maître Dominique Attias une lettre ouverte à M. Antonio Gutteres, Secrétaire général des Nations Unies et à Mme Michelle Bachelet, Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’Homme, signée par des institutions judiciaires françaises et européennes, par des ONG internationales et par mon association ; j'ai également écrit personnellement une lettre à Mme Michelle Bachelet, Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’Homme et la lui ai fait remettre le jour même le 7 septembre.


Grâce à nos actions et une mobilisation devenue internationale en ce début septembre 2020, nous avons obtenu le 9 septembre le déploiement en urgence d’une brigade de la Monusco pour protéger le Dr Denis Mukwege, ainsi que le personnel et les patientes de l'hôpital de Panzi.


Mais, en ce début d’année 2021, le Dr Denis Mukwege, prix Nobel de la paix, reste toujours une cible pour tous les auteurs des graves violations des droits humains perpétrées depuis 25 ans dans son pays, et qui n’ont jamais été poursuivis ni condamnés. Au péril de sa vie, il continue à mener son combat pour la justice et la paix en RDC, et contre l’impunité des massacres et les viols utilisés comme armes de guerre, en demandant que les préconisations du rapport Mapping sur les massacres commis de 1993 à 2003 soient enfin appliquées, avec en particulier la mise en place d’une justice internationale (Tribunal Pénal International ou des Chambres spécialisées mixtes). 


Cette impunité met le Dr Denis Mukwege en grand danger, et met également en grand danger toutes les survivantes et survivants de ces crimes de masse internationaux perpétrés depuis près de 25 ans. 


C’est pour cela, qu’au nom du Dr Denis Mukwege lui-même, du personnel de l’hôpital Panzi, des survivantes qu’il prend en charge, et de nombreuses associations, ONG et personnalités engagées, nous demandons votre soutien pour que pesiez de tout votre poids auprès du Comité de Sécurité de l’ONU pour que les préconisation du rapport Mapping de 2010 soient appliquées avec la création d’une juridiction internationale pour poursuivre les responsables de ces crimes de masse : à savoir un Tribunal Pénal International ou des chambres mixtes spécialisées composées de juges internationaux et congolais.


Pour les innombrables victimes, le risque très important de subir à nouveaux des crimes, la peur pour leurs proches, la peur de se retrouver en contact avec leurs tortionnaires, créent de profonds sentiments d’insécurité et de grandes souffrances, d’autant plus que les troubles psychotraumatiques extrêmement sévères qu‘elles présentent à la suite de ces actes inhumains sont sans cesse réactivés par le risque de croiser des criminels et par la multiplication sans fin de nouveaux massacres et de viols. 


Cette situation entraîne de graves conséquences sur leur santé mentale et physique, aggrave leur situation économique, crée des inégalités, et est génératrice de précarité et de vulnérabilité. C’est une importante perte de chance pour toutes ces victimes et leurs proches, et une atteinte à leurs droits fondamentaux et à leur dignité.


L’impunité, nous le savons, perpétue les violences dans un cycle sans fin. Près de 25 ans d’impunité, 6 millions de morts, et un grand nombre de victimes survivantes traumatisées, et de proches de victimes également traumatisés, font que la population de la RDC vit dans une souffrance et une insécurité intolérables. Seules la justice et sa recherche de vérité, la condamnation des auteurs de crimes, la reconnaissance des victimes, leur réparation, avec des soins adaptés au long cours et des aides socio-économiques, pourront permettre un retour à la paix.


La communauté internationale doit prendre ses responsabilités pour que ces massacres et viols systématiques cessent en RDC, pour que la sécurité du Dr Mukwege soit assurée dans la durée, et que ses activités de soins et son combat pour la cause des victimes soient sauvegardées. 


L’ONU, ainsi que le Parlement européen, ont condamné fermement les menaces de mort et les massacres en RDC et assuré leur soutien au combat que mène le Dr Mukwege. Le Parlement européen s’est aussi positionné dans le cadre de la résolution votée le 17 septembre 2020 pour qu’une juridiction internationale soit mise en place. Pour que la vérité, la justice et la paix règnent enfin en RDC, il est nécessaire que la communauté internationale applique les préconisations du rapport Mapping et assure la mise en place d’une justice internationale pour la RDC.


Le Dr Denis Mukwege, qui me demande d’être son porte-parole auprès de vous, est persuadé que votre soutien est primordial, il m’écrit : « La voix de la France a toujours pesé dans le concert des nations, particulièrement au Conseil de sécurité des Nations Unies et à l’Union européenne ». « La nouvelle orientation de la pétition pour réclamer la Vérité, Justice et Paix concerne des millions de victimes qui jusqu’aujourd’hui sont maintenues dans la peur et le silence. Soyez leur voix. Soyez la voix des sans voix. Le rapport Mapping est une page sombre de notre humanité. Sans vérité ni justice, cette histoire douloureuse va se répéter.  Mais votre action peut faire une grande différence dans un monde de plus en plus indifférent. Encore une fois merci à vous tous qui luttez contre l’indifférence. »


Veuillez croire, Monsieur le Président de la République, à l’expression de ma respectueuse considération et à mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année, qu’elle soit sous le signe de la Justice, de la Dignité et de la Paix.




Dre Muriel Salmona, psychiatre, psychotraumatologue

Présidente et fondatrice de l’association Mémoire Traumatique et Victimologie

Membre du Comité scientifique de la Chaire Internationale Mukwege

drmsalmona@gmail.com

Auteure du Livre noir des violences sexuelles paru chez Dunod, 2ème édition 2018


Lettre ouverte de soutien au Dr Denis Mukwege adressée le le 19 aout 2020 au Secrétaire général des Nations Unies et à la Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’Homme : https://stopauxviolences.blogspot.com/2020/08/lettre-ouverte-de-soutien-au-dr-denis.html

Pétition de soutien au Dr Denis Mukwege mise en ligne le 2 septembre 2020  https://www.mesopinions.com/petition/droits-homme/menaces-mort-contre-prix-nobel-paix/103596

Lettre à Madame Michelle Bachelet 7 septembre 2020 https://stopauxviolences.blogspot.com/2020/09/lettre-madame-la-haute-commissaire-des.html

Conférence introductive de 1er congrès de la Chaire Mukwege sur le psychotraumatisme du viol : https://www.memoiretraumatique.org/assets/files/v1/Articles-Dr-MSalmona/2020-psychotraumatisme-du-viol-chaire-Mukwege.pdf





samedi 2 janvier 2021

Bilan 2020 de l’association Mémoire Traumatique et Victimologie Bonne Année 2021!

 Bilan 2020 de l’association Mémoire Traumatique et Victimologie 

Bonne Année 2021


Cher.e.s adhérent.e.s, après cette année 2020 

rendue particulièrement difficile et douloureuse par la pandémie, 

nous espérons que cette nouvelle année 2021 soit pleine d’espoir, de lumière et de beauté et qu’elle vous apporte force, bonheur et santé !

Nous en ferons une année de combat 

pour la Justice, la Dignité, l’Égalité et la Paix 

pour un monde meilleur, féministe, inclusif et solidaire

Et nous continuerons d’être les porte-voix pour toutes les victimes de violences et de discriminations

#MeToo, #IWas, StopImpunité, StopPrescription



Une année 2020 de combats !


Tout au long de l’année 2020, vous avez été très nombreux.ses à adhérer à notre association, à nous soutenir financièrement par vos généreux dons, à participer activement à nos actions et à relayer nos campagnes et nos pétitions, nous vous en remercions infiniment. Nous tenons également à remercier toutes les victimes de violences, toutes nos nombreuses associations partenaires, tous les militant.e.s et les personnalités qui s’associent ou nous associent à leurs actions et projets. Ensemble nous sommes beaucoup plus fort.e.s ! 


Et je tiens à remercier grandement les membres du bureau : Sokhna Fall et la Dre Judith Trinquart pour leur investissement, leurs interventions, publications et formations ainsi que leur précieuse expertise dans leurs domaines respectifs (ethnologie, violences faites aux enfants et prise en charge des psychotraumatismes, pour Sokhna Fall, violences du système prostitutionnel et pornocriminel, expertise médico-légale pour les victimes de violences et les demandeur.euses d’asile, addictologie pour Judith Trinquart) ; ainsi que Jean-Pierre Salmona, notre webmaster grâce à qui le site est aussi performant, continuellement enrichi et actualisé, et qui est également notre trésorier, et qui nous offre ses compétences de traducteur et de correcteur, sans qui l’association ne serait pas ce qu’elle est. Enfin je voudrai saluer nos partenaires de plaidoyers qui ont été les plus actives et influentes à nos côté tout au long de l’année 2020, Marie Rabatel présidente de l’AFFA (Association francophone de femmes Autistes) et Mie Kohiyama présidente de Moi Aussi Amnésie et ainsi qu’Anne Baudeneau, membre de l’association, qui, avec son équipe de digital Learning a crée cette année de façon bénévole deux remarquables modules de formation pour l’association. 


La pandémie et la crise sanitaire inédite qu’elle a déclenchée ont bouleversé toutes les activités de l’association et nous ont confronté à d’importants défis à relever face à l’aggravation des violences sexistes et sexuelles, des violences faites aux enfants, ainsi que des inégalités et des discriminations. Nous avons participé à la prise en compte de cette conséquence de la crise sanitaire, à l’amélioration de la prise en charge des victimes de violences (avec le développement des télé-consultations et des télé-expertises) et à la diffusion de ressources :


Juste avant la crise sanitaire l’année se présentait comme très active avec dès janvier une audition à l’Elysée avec une conseillère du Président concernant les violences sexuelles faites aux enfants, la participation à un premier groupe de travail à la Haute Autorité de Santé (HAS) sur la prise en charge des psychotraumatismes afin d’établir des recommandations, une audition dans le cadre de la commission Sauvé sur les violences sexuelles commises sur les enfants dans l’église, une intervention dans le cadre de Nous-Toutes, et une remise de la médaille d’or de la ville de Bourg la Reine par M. Le Maire à la Dre Muriel Salmona en tant que présidente de l’association pour ses activités en faveur des victimes.


À partir de février la grande majorité des interventions, formations, réunions et des conférences prévues ont été annulées en raison tout d’abord des grèves, puis de la pandémie des restrictions sanitaires et deux périodes de confinements : toutes les formations ENM, MIPROF, dans les milieux hospitaliers et toutes les interventions dans les DU, les colloques qui étaient programmées dans toute la France ont été reportées en 2021. Mais nos activités d’information, de formations sur les violences et leurs conséquences, de plaidoyers et de lutte pour une amélioration de la protection, la prise en charge et le respect des droits des victimes, ainsi que de lutte contre ces violences et leur impunité sont restées intenses, créatives et collaboratives avec 10 participations à des auditions, groupe de travail, commissions, et 15 interventions dans le cadre de colloques, webinaires, tables rondes, ainsi que 2 conférences de presse lors de la sortie de nos modules, et sans compter les très nombreuses interviews, podcasts, débats et participation à des tribunes, lettres ouvertes, vidéos (pour #StopPrescription et Collective Novembre Violette).


Les réseaux sociaux, internet et les médias ont été de précieux et puissants espaces qui, malgré les confinements, nous ont permis de rester très présents, réactifs et efficaces pour continuer notre combat pour la cause des victimes. Nous avons pu mener plusieurs campagnes, publier des manifestes, des tribunes et de nombreux articles (15 nouveaux articles ont été publié sur le site dont trois concernant les violences et les psychotraumatismes liés au confinement) , participer à un grand nombre d’auditions, de groupes de travails, de commissions, de webinaires, d’interviews, de débats et de podcasts, et innover avec de nouveaux outils comme :


De nombreux nouveaux adhérents ont rejoint l’association (nous avons maintenant plus de 700 adhérent.e.s) et le site memoiretraumatique a comptabilisé en 2020 plus de 580 000 vues (chaque année ce nombre augmente), le blog stopauxviolences en a comptabilisé plus 100 000 et les pages twitter et FB de l’association ont respectivement plus de 17400 et 15 700 abonnés.


En lien avec nos associations partenaires féministes, du collectif pour l’enfance et de nombreuses personnalités militantes et engagées nous avons mené tout au long d’année plusieurs campagnes de lutte contre la pédocriminalité et l’impunité des violences sexuelles, pour l’abolition de leur prescription (en demandant l’imprescriptibilité des crimes sexuels, la levée de prescription pour les crimes en série et lors d’amnésie traumatique) et du délit d’atteinte sexuelle, pour l’obtention d’un seuil d’âge du non consentement et l’arrêt des déqualifications des crimes sexuels, contre la pornocriminalité, les violences obstétricales, les violences conjugales et les féminicides, et soutenu et participé à la campagne #JusticePourJulie. Nous avons également soutenu les revendications des enfants victimes de violences conjugales devenus grands (sur la déchéance d’autorité) et porté des revendications pour améliorer la protection des femmes victimes de violences conjugales et de leurs enfants (et  sur l’impunité, l’évaluation du danger et la nécessaire réforme de la loi sur la non-présentation d’enfant). Cf nos articles :

-Pour mieux lutter contre l’impunité de la pédocriminalité sexuelle et mieux protéger nos enfants

-Féminicides par (ex) conjoints ou (ex) partenaires , des questions indispensables à poser : questionnaire d’évaluation du danger

-Dossier complet sur les enfants victimes de violences conjugales remis au groupe de travail du Grenelle.


Nous avons également maintenu notre activité au niveau international avec la chaire internationale de l’université de Liège lutte contre les violences sexuelles faites aux femmes et aux filles en situation de conflits (dite chaire Mukwege) dont nous sommes membres du comité scientifique, et notre partenariat très actif avec le Dr Denis Mukwege, Prix Nobel de la Paix pour améliorer la prise en charge médicale et judiciaire des victimes de violences sexuelles avec de nombreux projets pour 2021 (cf 2 publication et article sur ce thème : psychotraumatisme du viol et Analyse de la mémoire traumatique et autres symptômes psychotraumatiques). 


Pour nos amis anglophones, notre site propose de nouveaux articles et brochures traduits en anglais, particulièrement le long et très complet article « Pour en finir avec le déni et la culture du viol », article de 2016 réactualisé en 2020 pour l’occasion.

Nous avons également traduit avec l’accord de leur auteure des articles passionnants d’une universitaire féministe des États-Unis Kate Rose parus en 2018 et 2020 dans la revue universitaire Dignity autour de la médecine narrative et de l’analyse littéraire de la trilogie Millenium et d’un roman de l’éco-féministe Starwak au prisme de mes travaux sur la mémoire traumatique :

Nous avons avec elle le projet en 2021 de traduire Le livre noir noir des violences sexuelles.


Nous sommes fiers d’avoir avons obtenu en septembre une très belle victoire en obtenant après plusieurs lettres ouvertes et une pétition (qui a recueilli plus de 58 000 signatures et le soutien de plus de 40 asso et personnalités militantes) la protection par la Monusco de l’ONU du Dr Denis Mukwege, Prix Sakharov 2014 et Prix Nobel de la Paix 2018 qui était menacé de mort en raison de son combat pour que les victimes de massacres et de viols systématiques en RDC depuis plus de 20 ans, en grande majorité des femmes et des filles, obtiennent Justice, soins, réparations et une garantie de non-réitération (en réclamant l’applications des préconisation du rapport Mapping avec la mise en place d’un TPI et de tribunaux mixtes). Nous continuerons en 2021 à lutter contre l’impunité et pour la Paix en RDC à ses côtés avec de multiples actions, et à développer notre partenariat international et dans le cadre de la chaire internationale Mukwege de Liège (l’asso est membre de son Comité scientifique) pour améliorer la prise en charge médicale et judiciaire des victimes de violences sexuelles en promouvant les connaissances sur les conséquences psychotraumatiques et en développant des traitements adaptés et des outils médico-légaux beaucoup plus efficaces dans le cadre des procédures judiciaires.


Nous avons continué à soutenir et à participer à tous les mouvements de révélation et de dénonciation de violences sexuelles qui ont prolongé #MeToo en 2021, particulièrement avec #Was (et le très remarqué et actif #IWasCorsica) beaucoup plus centré sur la pédocriminalité, les collages féministes et avec les cascades de révélations dans de nombreux milieux tels que le cinéma, le sport mais également de nombreux autres milieux qu’ils soient institutionnels, universitaires, culturels et intra-familial (avec un silence qui se brise enfin autour de l’inceste et une année riche en articles, podcasts auxquels nous avons participé, et avec l’enquête Ipsos de l’association Face à l’Inceste (ex AIVI) qui a révélé que plus de 6, 7 millions de Français.e.s avaient subi des violences sexuelles incestueuses). Et nous avons mené sur plusieurs mois une très belle campagne vidéos #StopPrescription pour demander l’imprescriptibilité et une levée de prescription en cas de crimes en série et d’amnésie traumatique) avec nos associations partenaires Moi Aussi Amnésie et sa présidente Mie Kohiyama, l’ AFFA et sa présidente Marie Rabatel, Arnaud Gallais cofondateur du collectif Prévenir et protéger et des personnalités militantes telles que Sarah Abitbol, Nadège Beausson, Andréa Bescond, Vanessa, Vanessa Aiffe Ceccaldi, Adélaïde Bon, Sandrine Martins et Philippe Bizot. Les 9 vidéos ont été réalisées par Guy Beauché et sont postées sur la chaîne Youtube #StopPrescription. Cette campagne est accompagnée d’une tribune et d’un Manifeste (cf page du site sur la campagne Stop Prescription : https://www.memoiretraumatique.org/campagnes-et-colloques/2020-stop-prescription-2020.html ). 


Et nous avons également continué avec de nombreuses autres association de faire campagne contre les violences faites aux enfants en participant à la campagne et la plateforme de mobilisation citoyenne make.org : la Grande Cause « Comment protéger les enfants contre toutes les formes de violences ? » avec une soixantaine d’associations et entreprises : https://www.ouest-france.fr/faits-divers/violences/point-de-vue-ayons-le-courage-de-faire-face-aux-violences-faites-aux-enfants-7017102, contre l’impunité des violences sexuelles, et plus particulièrement de la pédocriminalité en réclamant que la loi change pour abolir les délais de prescription comme nous venons de le voir, et pour instaurer un seuil d’âge du non consentement à 15 ans et à 18 ans en cas d’inceste, de handicap ou grande vulnérabilité et en cas d’auteur en situation d’autorité, une abolition des déqualifications et du délit d’atteinte sexuelle ainsi que de nombreuses mesures pour contrôler les classements sans suite, former en urgence tous les professionnels en contact avec les victimes particulièrement les médecins, mettre en place un dépistage universel, et une offre de soins spécialisés accessibles et sans frais pour les victimes de violences sexuelles sur tout le territoire et l’outremer, etc :  cf notre Manifeste contre l’impunité et sa pétition Stop impunité des crimes sexuels qui est soutenue par 29 asso et qui a été signée par  plus de 104 700 personnes, et notre article « Pour mieux lutter contre l’impunité de la pédocriminalité et mieux protéger les enfants. »


Tout au long de cette année la cinéaste Sylvie Meyer qui a réalisé le remarquable documentaire diffusé en 2019 sur LCP « Enfance volée, chronique d ‘un déni » (que vous pouvez voir avec le débat LCP auquel j’ai participé sur ce lien jusqu’en novembre 2021 : https://lcp.fr/programmes/debatdoc/violences-sexuelles-sur-mineurs-comment-les-bannir-4883) a suivi et filmé mes activités de formation, de plaidoyer et de prise en charge de patient.e.s dans le cadre de la réalisation d’un film.


L’année s’est terminée avec un bilan mitigé par rapport à la lutte contre les violences sexistes et sexuelles. 


Elles continuent de s’aggraver et leur impunité est toujours aussi, la crise sanitaire et les confinements ont encore augmenté leur nombre, notre culture désastreuse de non-protection et d’impunité est toujours aussi prégnante, et le décompte sinistre et désespérant des féminicides continue, les enfants sont toujours autant exposés aux pires violences, les personnes en situation de handicap et discriminées subissent toujours autant de violences, la pédocriminalité a explosé sur le net avec en 2019 70 millions d’images et vidéos disponibles sur le net (chiffre qui double chaque année, cf les articles du NYT) et un triste record pour votre pays qui se place dans le quintet gagnant en nombre de sites pédocriminels et d’utilisateurs, suivant les estimations en 3ème ou 4ème place dans le monde, et 2ème place en Europe après les Pays-Bas (cf article https://www.memoiretraumatique.org/assets/files/v1/Articles-Dr-MSalmona/20200330-Confinement-et-risque-d-explosion-violences-sexuelles-et-pedocriminalite.pdf)


Les pouvoirs publics et le gouvernement ne se sont pas montrés à la hauteur des enjeux de la lutte contre les violences sexistes et sexuelles (qui pourtant sont la grande cause du quinquennat), les mesures restent bien timides et limitées, avec des moyens humains et financiers qui ne sont pas à la hauteur,  par rapport à ce qui serait absolument nécessaire et urgent de mettre en place même si certaines mesures que nous demandions collectivement commencent à être mises en place dans le cadre du Grenelle mais qui sont loin d’être effectivement appliquées (bracelets anti-rapprochement, une grille d’évaluation du danger, la reconnaissance du phénomène d’emprise au cœur des violences psychologiques, la création de 80 postes supplémentaires d’intervenants sociaux dans les commissariats et les gendarmeries, dérogation du secret médical et reconnaissance du suicide forcé comme circonstance aggravante des violences psychologiques ),de très nombreuses autres mesures très importantes pour lutter contre l’impunité et protéger les victimes et leurs enfants ne sont toujours pas à l’ordre du jour, et la protection des femmes et de leurs enfants restent encore très peu assurée et l’impunité reste la règle pour les conjoints ou ex-conjoints violents, comme nous pouvons le constater lors de chaque féminicide (le collectif « Féminicides Par Compagnons ou Ex » en a recensé au moins 97 en 2020 et il y en a eu 149 en 2019), la majorité victimes avaient alerté du danger qu’elles courraient et très souvent porté plainte. Alors que nous avons été énormément sollicité.e.s pour des auditions et des groupes de travail dans le cadre du Grenelle sur les violences conjugales, de groupes de travail avec les secrétariats d’État aux personnes handicapées et à l’Enfance et les Familles, d’auditions dans le cadre du rapport d’Alexandra Louis, des commissions Sauvé et Guigou, d’audition par la conseillère du Président, par les ministres Sophie Cluzel et Elisabeth Moreno. Nous avons été très déçue.s par le rapport d’Alexandra Louis qui a fait le bilan de la loi Schiappa pour lequel nous avions été auditionnées, et consterné.e.s par la mise en place, malgré l’extrême urgence de la situation, d’une commission présidée par Mme Guigou sur l’inceste et les autres violences sexuelles faites aux enfants prévue pour s’étaler sur 2 ans à compter de mars ou avril 2021. Cf mes articles en réaction qui ont été beaucoup partagés et qui résument les problèmes posés par le rapport d’Alexandra Louis qui est dans le déni de l’échec de la loi Schiappa, et de la commission Guigou qui est dans le déni de l’urgence d’agir et de toutes les connaissances et toutes les propositions d’action déjà faites :

La commission Guigou : la commission de trop !  : Votre déni et votre inaction protègent les pédocriminels.

Réponse au rapport d'Alexandra Louis  : Une déception de plus, une déception de trop !


Les résistances sont encore très grandes et la culture de la mise en cause des victimes très tenace, le monde de la justice, de la santé et de la protection de l’enfance restent très hermétiques à toute évolution, les violences sexistes et sexuelles ont beau être reconnues comme des violations graves des droits humains et de la dignité des victimes, et comme un problème de santé public majeur, l’impunité dont bénéficient les agresseurs et l’absence ou l’insuffisance notoire de formation, de prise en charge  et de centres de soins restent la règle ce qui représente une grave perte de chance et une mise en danger des victimes et de l’ensemble des femmes et des enfants. Pour cette raison nous prévoyons d’intenter une action pénale internationale contre la France.


Mais une chose est certaine les temps changent ! La lame de fond de révélations et de dénonciations de #MeToo n’est pas prête de s’arrêter, elle est puissante et continue de s’amplifier, elle a créé un mouvement de solidarité et de combat féministe international puissant qui emportent des victoires. Et des systèmes bien protégés jusqu’alors s’écroulent. Les victimes sont de plus en plus nombreuses à dénoncer les violences et les injustices qu’elles subissent et surtout elles sont de plus en plus solidaires entre elles et soutenues par de plus en plus de personnes engagées.


Au début de l’année 2020 les impacts des révélations (dans le cadre d’une enquête de Médiapart) d’agressions sexuelles subies par l’actrice Adèle Haenel quand elle avait entre 12 et 15 ans par le réalisateur Christophe Ruggia, à partir du tournage des Diables, et du scandale de l’affaire Matzneff déclenchée par le livre de Vanessa Springora Le consentement (et un dossier du New York Times) a permis à bon nombre de Français.e.s d’ouvrir les yeux sur l’incroyable tolérance dont avaient bénéficié, sous couvert d’art, un cinéaste d’une part, et un écrivain d’autre part, ce dernier se vantant ouvertement dans ses livres et sur les plateaux TV de sa « pédophilie » (terme édulcoré pour parler de pédocriminalité) ce qui n’a pas empêché le jury du Prix Renaudot de lui décerner un prix en 2013 ! Cela a permis également de rappeler la nécessité impérieuse de fixer un seuil d’âge, du non consentement et des délits et des crimes spécifiques cf mon article : https://www.memoiretraumatique.org/assets/files/v1/Articles-Dr-MSalmona/202001_article_affaire_Matzeff.pdf


Et tout au long de l’année 2020, d’autres scandales pédocriminels ont été très médiatisés avec le développement de l’affaire Le Scouarnec (chirurgien de Jonzac) qui a fait plus de 370 victimes et le premier procès qui a eu lieu en fin d’année (il a été condamné à 15 ans de réclusion criminelle mais a fait appel), le scandale au sein du patinage français avec le livre de Sarah Abitbol et l’enquête choc du journal l’équipe, suivi de nombreux scandales dans d’autre milieux sportifs (équitation, judo, roller, natation, athlétisme, ski, football, etc.) dévoilés grâce à de très courageuses victimes qui ont enfin pu en parler), tous ces scandales ont encore une fois démontré de façon flagrante l’absence de protection des victimes et les pressions exercées sur elles alors que « tout le monde était au courant », la tolérance institutionnelle vis à vis des agresseurs et la minimisation de leurs actes pédocriminels, et l’injustice et la cruauté de la prescription qui laissent sur le carreau un si grand nombre de victimes qui n’ont pas pu porter plainte à temps du fait du déni, des manipulations et des menaces qu’elles subissaient et surtout de la fréquence très importante d’amnésies traumatiques. La nécessité d’une abrogation des délais de prescription fait de plus en plus son chemin, et plus que jamais nous réclamons l’imprescriptibilité et la levée de prescription lors de crimes en série ou d’amnésie traumatique, cf notre Campagne vidéo (avec une vidéo de Sarah Abitbol) et notre Manifeste Stop Prescription : https://www.memoiretraumatique.org/campagnes-et-colloques/2020-stop-prescription-2020.html


Finalement Weinstein a été condamné à 28 ans de prison, et en France grâce aux actions d’actrices féministes engagées telles qu’Adèle Haenel, Alyssa Milano, Nadège Bausson, de militant.e.s et d’élues féministes, de collectifs féministes et de pétitions que nous avons soutenues Polanski a fini par être virer de l’académie des Césars qui s’est entièrement renouvelée, Christophe Girard ami et protecteur de Gabriel Matzneff a dû démissionner de son poste d’adjoint à la culture la Mairie de Paris et une enquête le concernant a été ouverte pour viol sur mineur, la plaque commémorant Guy Hocquenghem, proche de Matzneff, et accusé de faire l'apologie de la « pédophilie » a été retirée, de nombreux autres agresseurs connus sont poursuivis et mis en examen. La France après avoir tant traîné des pieds a fini par arrêter et mettre en examen le complice d’Epstein le Français ex-agent de mannequin Jean-Luc Brunel pour viols sur mineurs et harcèlement sexuel. Et dans le monde du sport grâce aux prises de positions fermes de Roxana Maracineanu, Ministre déléguée auprès du ministre de l'Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, chargée des Sports, le président de la fédération de patinage a fini par démissionner et 90 procédures judiciaires sont en cours pour des faits de violences sexuelles dans 40 fédérations sportives et 330 affaires sont étudiées par les services du ministère. 


Cette année 2020 a vu également se lever une partie de l’omerta sur les violences sexuelles incestueuses d’une part, et celles commises sur les personnes en situation de handicap d’autre part. Les violences sexuelles en institutions sur les personnes en situation de handicap et vulnérables (enfants placés, hospitalisés) qui sont presque toujours étouffées ou couvertes ont été mieux prises en compte grâce au travail d’information et d’expertise remarquable de Marie Rabatel : la MIPROF a crée des outils à destination des professionnels qui prennent en charge les personnes handicapées, le sénat a rendu un rapport sur les violences sexuelles commises sur les mineurs en institution pour lequel Marie et moi avons été auditionnées, un groupe de travail a été lancées par le secrétariat au personnes handicapées auquel nous participons, et nous avons toutes les deux participé, en tant qu’expertes à la création d’un module de formation en ligne pour lutter contre les violences sexuelles faites aux personnes en situation de handicap et améliorer leur protection et leur prise en charge, ce module de grande qualité a été réalisé bénévolement par Anne Baudeneau et son équipe de digital Learning Sillbar, nous les en remercions vivement. Il a été agrée par plusieurs ministères et labellisé de ce fait par le gouvernement, il est disponible gratuitement sur les sites de notre association, de l’AFFA et de Sillbar, et une page lui est consacré sur le site Handicap.gouv (voir le lien : https://handicap.gouv.fr/actualites/article/formation-en-ligne-inedite-protection-des-personnes-en-situation-de-handicap

 

Dans le milieu de la pornographie, les innombrables sévices sexuels et les graves atteintes à la dignité assimilables à de la torture et à des actes de barbaries que nous dénoncions depuis tant d’années apparaissent enfin au grand jour pour ce qu’ils sont le la pornocriminalité et de la pédocriminalité. Sur signalement d’OLF, du Mouvement du Nid et des Effronté-es, plusieurs enquêtes sont en cours dans le milieu du porno. Plusieurs agresseurs pornocriminels sont enfin mis en examen, pour viols, violences aggravées, proxénétisme, trafic d’être humain.e et actes de barbarie. Une tribune que nous avons signée a été publiée dans le Monde :  « Les méthodes de l’industrie pornographique sont identiques à celle des réseaux de traite des êtres humains. https://mouvementdunid.org/prostitution-societe/actus/une-tribune-historique-contre-la-prostitution-filmee-dans-le-monde/. signée par Elisabeth Moreno, Ministre déléguée à l’égalité Femmes-hommes, à la diversité et à l’égalité des chances.

Lors du confinement, les consultations de sites pornographiques ont exposé et les dénonciations concernant ces sites d’herberger des vidéos de viols, de revente port et de pédicriminalité ont commencé à être enfin prises au sérieux alors qu’une activiste qui avait lancé une  pétition pour faire fermer le site de Pornhub et faire poursuivre en justice ses administrateurs lancé par Laila Mickelwait avait recueilli plus de 1 225 000 signatures (pétition que nous avions relayée), un dossier du New York Time qui a mis en cause la modération de la plateforme et la présence de vidéos de pédocriminalité signalées qu’il ne retirait pas, a entraîné le retrait de Mastercard et de visa de la plateforme ce qui a contraint Ponhub a retirer près de 10 millions de vidéos.


Alors que nous avions dû défendre avec succès la loi abolitionniste de 2016 devant le conseil constitutionnel 2019 (une QPC avait été déposé par plusieurs associations dont Médecins du Mode et le Planing Familial pour entrave à la liberté d’entreprendre) le rapport interministériel d’évaluation de la loi du 13 avril 2016 visant à lutter contre le système prostitutionnel qui a été rendu public cette année a confirmé ce que toutes les associations féministes abolitionnistes disent depuis longtemps : «  la loi abolitionniste de 2016 est une loi cadre complète et ambitieuse qui fonctionne quand elle est appliquée ». En particulier, elle permet de lutter efficacement contre les violences prostitutionnelles avec plus de 54 % de procédures pour proxénétisme et traite des être humain•e•s depuis la loi. Mais le rapport signale qu’il y a un manque de moyen humain et financier pour accompagner les personnes en situation de prostitution. 


Mais il nous faut rester très vigilante d’autres attaques se préparent au niveau européen et concernant les aidants sexuels qui sont remis à nouveau au débat (la position de Sophie Cluzel étant très inquiétante à ce sujet) il nous faut donc nous préparer à devoir remonter au front.


Et quasiment tout reste à faire en ce qui concerne la lutte contre l’impunité (df notre Manifeste contre l’impunité des crimes sexuels et les mesures que nous réclamons), la protection et la prise en charge médicale et psychologique (15 centres de prise en charge des psychotraumatismes sur les 100 qu’il faudrait au moins, toujours pas de formation des médecins, des psychologues et de tous les autres professionnels aux conséquences psychotraumatiques, toujours pas de remboursement des prises en charge de ces derniers, toujours pas de dépistages systématiques, toujours pas de centres spécifiques ouvert 24h/24 pour les victimes de violences sexuelles comme le recommande la convention d’Istanbul) des victimes…


Il faut relever une mesure que nous réclamions et qui a été mise en place avec succès et dont le bilan est pour l’instant très positif : la plateforme de signalement en ligne des violences sexuelles et sexistes, nous les avons formé à deux reprises, les retours sont positifs et depuis l’ouverture de cette plateforme 2018 ils ont traité plus de 14 000 signalements.


Groupes de travail, commissions, auditions 


En 2020, la présidente de l’association Muriel Salmona a participé à de nombreux Groupe de travail et de nombreuses auditions et commissions :


- Audition par la conseillère du Président de la République à l’Elysée sur les violences sexuelles sur mineurs


- Groupe de travail dans le cadre du Grenelle des enfants victimes de violences conjugales pour en faire le bilan


- Audition dans le cadre de la Commission Sauvé 14 janvier 2020


- Groupe de travail de la Haute Autorité de Santé (HAS) sur la prise en charge des psychotraumatismes (adultes et enfants)


- Groupe de travail du plan parisien de lutte contre les violences faites aux enfants


- Groupe de travail sur les violences sexuelles envers les personnes en situation de handicap avec Marie Rabatel de l’AFFA


- Groupe de travail de la Commission scientifique de la chaire Mukwege


- Audition par Sophie Cluzel la secrétaire d’État chargée des personnes handicapées et Elisabeth Moreno la ministre chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l'Égalité des chances, j’étais auditionnée avec Marie Rabatel de l’AFFA le 24 novembre.


- Audition dans le cadre du bilan loi Schiappa par la députée Alexandra Louis 9 avril 2020


- Audition préliminaire dans le cadre Commission Guigou sur l’inceste et autre violences sexuelles sur mineurs le 22 décembre



Formations et interventions et conférences de presse


Intervention dans le cadre d’une rencontre Nous-toutes à la Cité Fertile, avec la Dre Muriel Salmona  à Pantin, le 18 janvier


Rencontre live colossales « traumatismes et victimologie » jeudi 23 avril 2à20 18h organisée par Colosses aux pieds d’argile avec Muriel Salmona, spécialisée en psycho-traumatologie 


Intervention webinaire dans le cadre du CAMPUS des avocats sur les conséquences psychotraumatiques des violences faites aux enfants par la Dre Muriel Salmona, 8 juillet 2020


Formation Barreaux des avocats de Paris en Visio-conférence sur les violences conjugales : conséquences psychotraumatiques des violences conjugales sur les femmes qui en ont victimes et leurs enfants par la Dre Muriel Salmona septembre 2020


2ème session de Formation de la Plateforme en de signalement en ligne des violences sexistes et sexuelles du ministère de l’intérieur octobre par la Dre Muriel Salmona, octobre 


Journée de formation PJJ et ASE sur « Les conséquences des violences intrafamiliales sur les enfants ».octobre 


Table ronde podcast sur l’inceste « Ou peut-être une nuit » que l’on peut écouter sur ce lien https://play.acast.com/s/injustices/oupeut-etreunenuit-tableronde-quefairepouragircontrelinceste-

Pour écouter les 6 épisodes des podcasts Louie média « ou peut-être une nuit » de Charlotte Pudlowski https://podcasts.apple.com/fr/podcast/injustices/id1468879006?fbclid=IwAR1uEFO4yJqg1ycxv0jaP4hu9WYiGGXrYdSBBRCjf5av4mhGmn8Eo14cHas


Webinaire du comité de soutien du Dr Denis Mukwege sur le rapport Mapping de l'ONU sur les crimes commis en RDC, avec le Dr Denis Mukwege le 10 octobre visible sur YouTube : https://youtu.be/LswwX1sotAw


Formation à la Mairie de Paris dans le cadre des 6e rencontre interprofessionnelle organisée le 24 novembre dernier par l’Observatoire parisien des violences faites aux femmes (OPVF) sur la thématique des ‘‘Violences patriarcales sur les enfants et les jeunes’’.


Formation FSU en Visio conférence pour la journée internationale du 25 novembre : les violences sexistes et sexuelles faites aux femmes et à leurs enfants constats pistes et actions dans le cadre de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes et retransmise en direct sur FB et visible sur YouTube :  https://youtu.be/K-TQJmTn7Sw


Visio Conference organisée le Consulat Général de France à Amsterdam sur le sujet des violences conjugales, avec ma participation et celle de trois psychologues spécialistes résidant aux Pays-Bas visible sur YouTube : https://youtu.be/13nDMSLUOQo


Wébinaire « Le secret de la victoire »  organisé dans le cadre des orangeDay par les asso AFFA et Mémoire Traumatique et Victimologie avec des sportives de haut niveau Sarah Abitbol, Melissa Plaza, Audrey Lacarde et  Marie Rabatel qui témoignent de l'apport du sport dans la reconstruction de femmes victimes de violences et Muriel Salmona

Et comme invités Roxana Maracineanu ministre déléguée attachée au sport et Adrien Taquet secrétaire d'état de l'Enfance et les famille


Un cycle de formation sur la prise en charge des patientes victimes de violences sexuelles à l’EPSM de Lille par Sokhna Fall


Et deux conférences de presse en juin et octobre 2020 à l’occasion de la mise en ligne de nos modules de formation interactive 1 et 2


Modules de formation interactive en ligne


Module 1 de formation interactive

« Protection de l’enfant contre les violences sexuelles » 

mis en ligne en juin 2020 accessible gratuitement sur les sites de l’asso et de Skillbar : https://www.memoiretraumatique.org/publications-et-outils/module-de-formation-interactif-sur-les-violences-sexuelles-faites-aux-enfants.html

conçu et réalisé en partenariat par l’association Mémoire Traumatique et Victimologie, et par Anne  Baudenau et son équipe de professionnels du Digital Learning membres du réseau SkillBar.


Module 2 de formation interactive

« Protection des personnes en situation de handicap contre les violences sexuelles »

mis en ligne en octobre 2020 de 25mn accessible gratuitement sur les sites de l’association Mémoire traumatique et Victimologie, de l’AFFA et de Skillbar : https://www.memoiretraumatique.org/publications-et-outils/formation-interactive-violences-sexuelles-aux-handicapes.html

conçu et réalisé en partenariat par l’association Mémoire Traumatique et Victimologie, l’Association Francophone de Femmes Autistes, et par Anne  Baudenau et son équipe de professionnels du Digital Learning membres du réseau SkillBar.

Ce module bénéficie du soutien du Gouvernement.


Publications en 2020 :


Viols et agressions sexuelles article paru dans Aide-mémoire de psychotraumatologie en 51 notions M. Kédia, A Sabouraud-Seguin et al. édition Dunod, 2020 3ème ed pp 79-101


La commission Guigou : la commission de trop !  


Réponse au rapport d'Alexandra Louis  


Pour mieux lutter contre l’impunité de la pédocriminalité sexuelle et mieux protéger les enfants  


#JusticePourJulie — Une décision judiciaire cruelle, inique et scandaleuse — notre lettre ouverte au Président de la République


Pour en finir avec le déni et la culture du viol - réactualisation de 2020  


Journée européenne pour la protection des enfants contre l’exploitation et les violences sexuelles – il faut changer les lois !


Les enfants victimes de violences conjugales – conséquences et cas cliniques


Confinement-Comment venir en aide, secourir et protéger les victimes de violences.


Confinement et risque d'explosion des violences sexuelles et de la pédocriminalité en ligne.


Confinement et psychotraumatisme.


Psychotraumatisme du viol - conférence introductive de Muriel Salmona pour le deuxième jour du congrès de la chaire Mukwege le 14 novembre 2019 à Liège.


Article sur la mémoire traumatique réactualisé - janvier 2020

Affaire Matzneff-lutte contre la pédocriminalité-seuil d'âge du consentement


Analyse des symptômes psychotraumatiques : technique thérapeutique et médico-légale au secours des droits des victimes de viol


Campagnes, Manifestes, Tribunes, Pétitions et Manifestations en ligne


-Campagne Stop Impunité, son Manifeste et sa pétition 

https://stopauxviolences.blogspot.com/2020/07/afin-de-mieux-lutter-contre-limpunite.html


-Campagne #IWas Stop Pédocriminalité

https://stopauxviolences.blogspot.com/2020/01/tribune-du-collectif-signee-par-130.html


-Campagne Stop Prescription

https://stopauxviolences.blogspot.com/2020/02/actualisation-du-manifeste-pour.html

Campagne vidéos : https://www.youtube.com/channel/UCWTJdzjfTVAQmOQ2d-B6PLw/videos

Tribune https://www.huffingtonpost.fr/amp/entry/parce-que-les-crimes-sexuels-creent-souvent-une-amnesie-traumatique-nous-devons-lever-la-prescription_fr_5f69f35fc5b6a9b19b3eb3c8/?__twitter_impression=true

Manifeste : https://stopauxviolences.blogspot.com/2020/11/manifeste-de-notre-campagne-stop.html


-Campagne pour Protéger le Dr Denis Mukwege et pour soutenir son combat pour la Justice et la Paix

Lettre ouverte : https://stopauxviolences.blogspot.com/2020/08/lettre-ouverte-de-soutien-au-dr-denis.html

Pétition

Lettre à Mme la Haut Commissaire aux Droits Humains


-Campagne #JusticePourJulie changeons la loi

https://stopauxviolences.blogspot.com/2020/11/justicepourjulie-notre-lettre-ouverte.html

https://blogs.mediapart.fr/les-invites-de-mediapart/blog/141120/si-julie-etait-votre-fille?utm_source=facebook&utm_medium=social&utm_campaign=Sharing&xtor=CS3-66&fbclid=IwAR1y18UJ-lTGtwF1YjCtS1Mukg9XZq-l2Zt1UhVSwilMt2jGOAIhUSPk3BQ


-Campagne Stop à l’impunité des Pornocriminels

http://osezlefeminisme.fr/pornographie-lalibi-de-la-haine-de-la-torture-et-du-crime-organise/


Manifestation virtuelle #JusticepourJulie il faut changer la loi

7643 participant.e.s

https://www.mesopinions.com/petition/justice/manifestation-virtuelle-justice-julie-loi-changer/115717?fbclid=IwAR0XRPmSPiTilop0mHJsnJuEhwI0NxE_pqYGxPWw7Vxg7pQ7J3TV6CH_Jrw


La manifestation en ligne pour le 25 novembre : Mobilisons-nous contre les violences sexistes et sexuelles

https://www.mesopinions.com/petition/droits-homme/manifestation-virtuelle-25-novembre-12h-20h/116620


À l’occasion du 25 novembre nous avons participé à deux vidéos de Collective Novembre Violette - « Elle était une fille… «  et « Voix héroïque » Sur une idée de Fiona Verstichel & Charlotte Arnould.

https://youtu.be/2WkE2OsvpYE

https://youtu.be/ybIGaQVM_jU



Consultation gratuite pour les demandeur.ses d'asile à Montreuil assurée par la Dre Judith Trinquart



Interviews, podcasts 


Quelques interviews, débats et podcasts significatifs :


Violences faites aux femmes: "La France est le paradis des violeurs », https://www.huffingtonpost.fr/entry/violences-faites-aux-femmes-la-france-est-le-paradis-des-violeurs-dit-salmona_fr_5fba68a1c5b66bb88c5ed10a?ncid=other_facebook_eucluwzme5k&utm_campaign=share_facebook&fbclid=IwAR2pfYdL5i2YROW9eKVfkH3lLduJjt8u82jLlFIQ98JSWqUfzk9iuhqT-KE


Article Doctissimo sur la sidération https://www.doctissimo.fr/psychologie/surmonter-les-epreuves/sideration-traumatique?fbclid=IwAR0Tvo9fzigqgomIvsvHt-uZ76PglUT-tNlvjcZQ4arcgoR1Sfc7BWDqYC4


RFI émission sur le rapport Mapping 9/10 https://www.rfi.fr/fr/podcasts/20201011-le-rapport-mapping-sujet-toujours-tabou?ref=fb_i


Portrait du Monde 4 mai 2020 Psy en état d’alerte :

https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2020/05/01/muriel-salmona-psy-en-etat-d-alertes_6038377_4500055.html?utm_medium=Social&utm_source=Facebook&fbclid=IwAR1bdKMPvNi-V0kKDGn6cnNEcU6tfywW7CIzlGxeiv0vp6nqoQJbRq7jROE#Echobox=1588419558


Muriel Salmona : « L'affaire Matzneff montre qu'il est urgent d'instaurer un âge de non-consentement »

https://www.psychologies.com/Actualites/Societe/Muriel-Salmona-L-affaire-Matzneff-montre-qu-il-est-urgent-d-instaurer-un-age-de-non-consentement


Podcasts sur l’inceste : Pour écouter les 6 épisodes des podcasts Louie média « ou peut-être une nuit » de Charlotte Pudlowski https://podcasts.apple.com/fr/podcast/injustices/id1468879006?fbclid=IwAR1uEFO4yJqg1ycxv0jaP4hu9WYiGGXrYdSBBRCjf5av4mhGmn8Eo14cHas



DébatDoc sur LCP disponible jusqu’au 18/11/2021

diffusion du film documentaire de Sylvie Meyer « L ‘enfance volée. Chronique d’un déni » suivi d’un débat (nous avons participé au film et au débat)

Violences sexuelles sur mineurs comment les bannir

https://lcp.fr/programmes/debatdoc/violences-sexuelles-sur-mineurs-comment-les-bannir-4883

Celui de novembre 2020 sur « Enfants de femmes battues : les oubliés » n’est plus disponible

https://lcp.fr/programmes/enfants-de-femmes-battues-les-oublies-42374


2 séries de podcasts avec Sokhna Fall

-Dans la série de podcasts de « Intime et Politique » (documentaires féministes de 4 à 6 heures, qui s’attaquent aux racines même des discriminations sexistes) sur la thématique des violences sexuelles sur mineures La fille sur un canapé:  le &VII « L’enfant ne nait pas monstre » : https://art19.com/shows/intime-politique

-Dans la série de 6 podcasts Lolita podcast sur le librede Nabokov dont Sokhna Fall est une spécialiste: https://podcasts.apple.com/us/podcast/4-dolores-psychology-and-survivors/id1536839859


Causette sur nos actions pour protéger Denis Mukwege

Pétition : des milliers de personnes demandent à l’ONU de protéger le docteur Denis Mukwege, menacé de mort

https://www.causette.fr/societe/a-l-etranger/petition-des-milliers-de-personnes-demandent-a-lonu-de-proteger-le-docteur-denis-mukwege-menace-de-mort


Article néon magazine Pourquoi il faut mettre fin au délai de prescription pour les viols

https://www.neonmag.fr/imprescriptibilite-viol-nous-victime-on-prend-perpetuite-564152.html


Article néon magazine sur Le chanteur Spleen (The Voice 2014) visé par des accusations de violences sexuelles par plusieurs femmes : https://www.neonmag.fr/le-chanteur-spleen-the-voice-2014-vise-par-des-accusations-de-violences-sexuelles-par-plusieurs-femmes-565216.html



Article néon magazine Pourquoi il faut mettre fin au délai de prescription pour les viols

https://www.neonmag.fr/imprescriptibilite-viol-nous-victime-on-prend-perpetuite-564152.html



Et pour 2021 ?


L’année va démarrer avec le groupe de travail du plan parisien de lutte contre les violences faites aux enfants sur « l’inceste et les violences sexuelles intrafamiliales » le 8 janvier. Puis le 15 janvier au  grand congrès Paris Santé Femme je vais faire une intervention avec le Dr Denis Mukwege dans le cadre d’une section violences faites aux femmes et aux filles organisée par la FeFog (Fédération Francophone d'Obstétrique et de Gynécologie) pour présenter : « Les psychotraumatismes du viol : les conséquences majeures au long terme sur la vie et la santé des adultes et des enfants victimes ». Enfin le 19 janvier avec Skillbar, l’association présentera dans le cadre d’une conférence de presse une nouvelle version remaniée, complétée et entièrement accessible du module de formation interactive « Protection de l’enfant contre les violences sexuelles ».


Et nous avons de nombreux projets ambitieux et innovants qui vont voir le jour en 2021. 


Tout d’abord un film que Sylvie Meyer (la réalisatrice du documentaire L’enfance volée, chronique d’un déni) est en train de réaliser autour de mes travaux, plaidoyers et techniques thérapeutiques.


Plusieurs projets que nous menons au niveau international avec le Dr Denis Mukwege, prix Nobel de la Paix au niveau médico-légal et juridique et un cycle de formation de webinaires pour les gynécologues et obstétriciens de la francophonie FeFog.


Une nouvelle enquête ciblée auprès des victimes que nous espérons pouvoir mener en 2021.


Trois grands projets qui devraient être financés en 2021 :


-Un 3ème module de formation en ligne sur l’accueil et l’accompagnement spécifique des victimes de violences sexuelles : comment dépister, poser des questions, comment évaluer le danger que courent les victimes, les besoins urgents des victimes et les conséquences psychotraumatiques qu’elles présentent, que dire et ne pas dire, comment respecter leurs droits, comment les réconforter, comment les informer, comment signaler, comment orienter, etc.;


-Une traduction en anglais du livre noir des violences sexuelles ; 


-Une brochure d’information et de dépistage sur les violences à l’intention des plus petits.


Des publications  


En plus des articles, un livre doit paraître chez Dunod sur les agresseurs et leurs stratégies, ainsi qu’une deuxième édition réactualisée de mon livre paru en 2015 : violences sexuelles, 40 questions incontournables. 


Le développement d’une nouvelle page du site pour tous nos adhérent.e.s


Nous allons ouvrir une page pour les adhérent.e.s leur permettant de poster des billets d’humeurs, tribune, pétitions, actions, des articles, des témoignages et expériences et des créations en lien avec nos combats (texte littéraire, poésies, dessins, peintures, gravures, photos, vidéos…


Et bien sur nous continuerons notre activité de sensibilisation, d’information, de formations et de DU, d’interventions, d’expertises et de plaidoyers pour la cause des victimes tout au long de l’année, et nous participerons à de nombreux colloques et de nombreuses actions pour lutter contre les violences et leur impunité.


Avec toutes nos amitiés et pensées, en espérant pouvoir se rencontrer et réunir à nouveau à l’occasion de conférences, de manifestations et de notre AG avant l’été.



Pour le bureau 


Dre Muriel Salmona,

Présidente de l’association Mémoire Traumatique et Victimologie

https://www.memoiretraumatique.org

memoiretraumatique@gmail.com